Trail de la Côte Rouge (Monteynard) : de la Préparation à la Course

Moi qui suit un plan d’entrainement? C’est une grande première.

Le peu de course que j’ai pu faire, je les ai faite en freestyle complet comme on dit!

Mais cette fois, c’est différent. Cette fois, je me suis lancée un défis, aussi petit soit-il pour certaine personne, du pipi de chats pour les grands traileurs. Il s’agit pour moi de ma première course avec autant de dénivelé. Du + 400m, oui je connais sur 23km. Du +1200m…euh… images (34)

Et bien, ma petite! Tu l’as voulu ton défis et bien tu l’as!

logo_tpm

Mon objectif pour cette course: Juste la finir. La finir en me disant que je l’ai fait. La finir sans aucun regret et c’est donc pour çà, que j’ai voulu suivre une prépa. Pour ne rien regretter et me dire que je ne suis pas passée à côté de quelque chose.

Une préparation sur 13 semaines (qui en aura fait 12 car j’ai fait une semaine allégée suite à l’UBS non prévu dans ce programme images (22).)

Ça parait long dit comme ça et en même temps c’est très court! Les jours et les semaines passent vite. J’ai eu envie de vivre cette prépa à l’instant présent. Ne pas voir uniquement le final : la course mais vivre chaque sortie à fond, savourer chaque foulée, surmonter chaque difficulté. Seule ou accompagnée, j’ai voulu la vivre à 100%!

Alors en détail, la prépa, ça donne quoi?

En détail, ça donne 3 sorties par semaines :

  1. Lundi : Sortie en Endurance Fondamental (entre 1h et 1h15)
  2. le mercredi ou jeudi : Sortie Technique: fractionnée, côtes, seuil… (entre 40 min et 1h40)
  3. le samedi : Sortie Longue  (de 1h30 à 4h)

J’ai eu la chance de pouvoir aller m’entraîner en altitude aux Menuires notamment avec un week-end choc (cumuler 3 jours de suite des trails), inscrite à la Sainte-Albanaise pour une petite sortie longue, la fameuse UBS à la 7e semaine de ma prépa qui m’a renforcé mentalement (ici le CR: CR Ultra Boucle de la Sarra 2018)  et de nombreuses sorties accompagnées par ma Del.

Une reconnaissance d’une partie du parcours avec mes collègues: une super journée!

Soit un petit bilan de 55h de course à pied, 501.96km et 9270.20m de D+, la découverte de nouveaux sentiers, des boucles faites et refaites des albums écoutés et ré-écoutés (Papa Roach, Shinetown, Three Days Grace… oui très rock )

Des remises en questions, des victoires plus ou moins grandes, des déceptions mais au final? Juste l’envie de continuer!

CR de la Course

Sans titre

Nous voilà à la veille de la course. Inscrite depuis le 11 Février, qu’est-ce que j’ai pu en parler de cette course. Qu’est-ce que j’ai pu en rabattre les oreilles de tous! Et voilà, demain j’y serais. Après deux jours de repos complet à ronger mon frein car moi et le repos… comment dire… nous ne sommes pas supers copains même si je sais que cela est nécessaire par moment!

Je prépare mon Racepack, regarde une dernière fois le détail du parcours et de l’organisation. Une très forte chaleur est annoncée, c’est ma seule crainte, sinon je suis plutôt confiante. La même sensation que l’UBS: je peux le faire.

Je devais me coucher tôt mais c’était sans compter sur ma faculté à éclipser la fatigue, les messages échangés à droite et à gauche et au feu d’artifice admiré depuis le balcon.

Jour J

Réveil à 9h, petit déjeuner et repas de midi tout comme le diététicien m’a dit! Une élève exemplaire images (22).

Objectifs:

  1. Finir
  2. Prendre plaisir
  3. Faire 4h maximum

14h20, arrivée sur le site. Parking obligatoire avec des navettes gratuites qui nous emmènent jusque sur le site. Je récupère assez vite mon dossard et croise Camille Courtenvert, instagrammeuse que je suis et vers qui je n’ose pas aller… Je la croiserais plusieurs fois, mais par moment, ma timidité fait des siennes et je n’irais pas à sa rencontre.

15h30, je retrouve Gaëlle sur la ligne de départ, vous savez Gaëlle? Cette fille qui a été mon lièvre lors de l’Ekiden le 24/03. Depuis cette rencontre, on se suit mutuellement et c’est avec plaisir qu’on se retrouve au TPM.

screenshot_20180715-080852.png

15h45, je regarde tous ces coureurs et coureuses, je les trouve tous tellement « vrais traileurs », je me sens presque illégitime au milieu (je sais, sensation bête). Top départ, de l’ambiance, de la chaleur, beaucoup de chaleur et une attaque directe en côte sur bitume avant de rejoindre les chemins! Aïe, ça va piquer!

5km, Passage de la passerelle de l’Ebron. Obligation de marcher. La passerelle tremble tellement, qu’on tangue et s’accroche aux côtés. Un groupe de jeunes chantent la marseillaise et nous tendent les mains. « Du mal à marcher droit et la marseillaise? Punaise, on dirait une fin de soirée bourrée », mon voisin rigole en m’entendant. A la fin, un groupe nous acclament, jouent de la trompette, c’est génial!

bty

On attaque le chemin, déjà un coureur s’assoit sur le côté du chemin, il souffre de la chaleur.  Je me dis que ça promet pour la suite.

6.3km déjà de passer, j’envoi un premier sms à A. qui m’accompagne et me supporte une nouvelle fois! On attaque le dénivelé, le vrai… et cela jusqu’au 15e… la chaleur est accablante, on marche quasiment tous dans chaque montée et c’est là que mon point fort m’aide. Je grimpe avec aisance, mes jambes ont du répondant, je double pas mal de monde. Je pense à mes collègues qui m’appellent la « chef bouquetine » en randonnée, je sais que je souris et continue d’avancer.

7.5km, c’est dur, mais je ne regrette pas d’être là. 1er ravitaillement, une organisatrice me vide de l’eau sur la tête et la nuque! Je remercie vivement ma bienfaitrice, attrape au vol deux morceaux de pastèque car c’est la seule chose qui me fait envie et repars à l’assaut de la montée!

9km, 2e sms à A. on est presque à + 750m de Dénivelé.

J’ai la musique dans les oreilles mais c’est comme si je ne l’entendais plus. D’ailleurs, je ne sais même pas quelles chansons j’ai écouté. Je suis dans ma bulle. 12e kilomètre, 1h53… Youhou, les 4h sont jouables.

14km, une nana chute, ses amis la relève, plus de peur que de mal. Encore un bon km d’effort le plus gros du dénivelé sera passé.

Les paysages sont magnifiques, je ne sors pas mon téléphone pour prendre des photos. Je le sors juste pour donner mon kilométrage à A. Je vis cette course pour moi. Je pense à tous les messages reçus, aux encouragements de mes collègues la veille, à l’association EndoFrance, à leur logo accroché à mon sac, je pense à Delphine qui malgré la difficulté aurait adoré ce décors, je pense à Gaëlle, j’espère qu’elle s’accroche et qu’elle kiff, je pense à A. qui m’attend, je pense à ces 3 mois de prépa…

Je pense à plein de choses et en même temps à rien. Je suis déconnectée, je ne m’aperçois même pas des efforts fournis. J’avance, c’est tout ce que je sais.

15km, 2e ravitaillement à Monestier de Clermont + 850m D+. Le village est en fête, les gens nous acclament, les enfants tendent les mains. Je vois Camille Courtenvert à la table. Pareil, j’attrape encore 2 morceaux de pastèque. C’est la seule chose que j’arrive à avaler avec les gels énergétiques.

Je repars à l’assaut d’une énième côte. Le parcours est parfaitement balisé. On alterne descentes et montées. Je me lâche dans les descentes, je fais attention où je mets les pieds, les accélérations payent. Une impression de voler.

19.5km… là je réalise que je serais en dessous des 4h et je m’accroche encore plus fort. Une dernière montée difficile, très difficile, peut-être justement parce que c’est la dernière… Puis vient ce moment où les derniers organisateurs te disent  » plus qu’un km » Youhou!!! Et là, tu donnes tout, tu vas chercher dans tes tripes… un dernier panneau… « Arrivée à 400m », je joins mes mains et m’incline devant l’organisateur pour le remercier de cette nouvelle qui sonne la fin!

Dernier virage, beaucoup de monde sur la plage de Treffort, j’aperçois A. à 100m de l’arrivée, chrono à 3h24, c’est à peine croyable!!! Je me sens bien, je n’ai même pas envie de m’effondrer, deux verres de St Yorre et je passe de l’autre côté des barrières pour acclamer les arrivants et surtout pour attendre et voir l’arrivée de Gaëlle. Je ne réalise pas que je viens de finir. Je lui ai dit 4h maxi, je sais qu’elle le fera et elle l’a fait!!!

Je réalise seulement après quand je m’assois enfin et grignote un morceaux. Le sourire aux lèvres qui ne me lâchera pas de la soirée. Il sera renforcé par la vue des résultats

 

IMG_20180715_081914

Je suis sur mon nuage, heureuse. La même sensation de fin que l’UBS, je crois que oui, j’ai trouvé mon truc. Je ne ferais pas de podium, je n’aurais pas des temps de ouf, mais cette sensation, ce plaisir, cet effort, c’est tout ce qui fait que j’aime cette discipline. Et qui me donne la conviction que ce n’est que le début d’une longue série de sorties et de courses…

Alors la suite au prochain épisode!  images (18)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s