SaintExpress – 1er Décembre 2018

J-1 semaine, le teaser de la SaintéLyon en boucle, la musique donne des frissons. Je m’imagine. Tiens là je ne serais pas encore dans la navette, là j’y serais. Encore 30 minutes et ça sera le départ avec Eva, là je serais en train de courir. Au réveil du dimanche, ah! Dans une semaine, j’espère que je serais arrivée à cette heure.

On va courir quelques dernières fois et voilà, phase de repos. REPOS, un mot que j’affectionne autant que je déteste. Idolâtrer le mode cocooning mais détester le mode pause d’avant course. Les jambes fourmillent, la tête ne pense qu’à ça. Une piquée, une mordue, une accro, une droguée à cette sensation, à ces sensations. Jambes qui déroulent, poumons qui s’ouvrent, air qui fouette le visage, plénitude, bonheur, extase…

On regarde la météo, on pense à la tenue, au ravitaillement…

J-1… Oh! Désespoir de la météo… Ces gouttes qui s’écrasent sur le pare-brise. Nous y sommes. J-1 avant la course. Tu sais que tu vas retrouver les copines l’après-midi, retirer le dossard. Tu ne penses qu’à ça. Se mettre dans l’ambiance. Mais l’ambiance, tu y es déjà. La question revient: « Tu te sens prête? »

Prête, oui. Finir, j’espère. Un chrono, le rêve. La suite… Demain

sainte-lyon-dossards-04

Jour J… Récupération du dossard la veille avec les copines. Se faire la petite photo d’avant. Les têtes d’après risquent de faire peur! Ça sera dossard n°13746! Au menu des pâtes! Hummm!

Une bonne nuit de sommeil, préparation du fameux Racepack. Coups d’œil permanent par la fenêtre: Brouillard! Bon de toute façon, on s’en fout, il fera nuit, du brouillard en plus, ça rajoutera une petite touche folklo!

H-5, racepack check, coiffure de guerrière check, sieste, check, pâtes en préparation… Stress check aussi, la pression monte, monte, monte!

IMG_20181201_175115.jpg

20h30. On se retrouve toutes avec les copines

21h. On tente de chopper les navettes. Abandon de mon supporter n°1 qui m’attendra pour l’arrivée faute de pouvoir m’accompagner au départ.

IMG_20181201_204222.jpg

bmd

23h15, le départ de Sainte Catherine avec ma binôme Eva. Il fait chaud, trop chaud pour un 1er Décembre. Les 3 couches? Oubliées. Ça sera 2 et c’est même trop mais il pleut légèrement. Les gants dégagent, les 2 buff autour du cou et sur la tête n’en demanderont pas leur reste. Les 3 premiers km se font en marchant, très peu de relance en course. Trop de fous sur cette course et évidemment, embouteillage!

Les chemins sont étonnamment praticables. Du 100% plaisir. Avec Eva, on ne se lâche pas, on remonte et dépasse petit à petit. On se fraye un chemin et slalom. On se retourne et voit se long serpentin de lumières descendre de la colline, la vue sur Lyon, c’est magique!

IMG_20181201_230538.jpg

14e km, un coureur joue des coudes avec pas mal de coureurs pour doubler, me déséquilibre et bim, la cheville gauche ramasse. Tant pis. J’arrive à rattraper Eva et on reste ensemble jusqu’au 26e km. On parle alors que règne un silence quasi religieux. On s’étonne de trouver que ça aille aussi vite et à chaque passage jusqu’à Soucieu-en-Jarrest, on se remémore le parcours de la Reconnaissance faite quelques semaines plutôt.

Du 22e au 26e km, grosses crampes d’estomac avec impression qu’il se rétracte. Ça fait mal. Je sers les dents. Eva pète le feux: « Files et fais ta course ». C’était notre deal! Que chacune profite de sa course et on se retrouve à l’arrivée!

J’avance tant que le parcours reste déroulant, la pluie bat de plus en plus fort.

J’arrive à remanger et boire. Les chemins ne sont que belles flaques, boue et cailloux glissants.

Des chutes par-ci, des chutes par là! La SaintéLyon fera son lot de blessés. Beaucoup marchent, souffrent, chutent, vomissent… Je continue de remonter malgré mon allure d’escargot endurant.

Les pensées me traversent la tête: Que de chemin fait depuis que j’ai commencé le Trail soit moins de 10 mois auparavant! Je suis heureuse. Je pense à mes deux collègues Françoise et Delphine : « J’inspire la nature, j’expire les km ».

Des petits messages à Zhomme.

34e km… et merde, la cheville tire, je compense les appuis, maintenant c’est le genoux! Ah non! Il reste 10km! Hors de question de lâcher!

Trempée jusqu’aux os malgré les vêtements techniques mais je m’en fou. Malgré les petites douleurs, malgré la météo, je suis heureuse! J’y suis sur cette course et rien n’entachera mon bonheur!

Tellement de boue que je ne calcule plus les flaques, à deux pieds joints dedans. Une gosse!

Au 38/39e km de la montée! « Je vais mourir! Mais non, mais non, c’est la fin » Oui, je me fais un monologue!

Les 4 derniers km sont éprouvants mais j’ai tellement hâte de voir cette arche d’arrivée!

L’arrivée? Mon corps n’est que douleur, ma tête crie hip hip hip houra!

Voilà, finisheuse de ma première participation à la SaintéLyon, sur l’édition du 65e anniversaire et sur un format plus grand que le marathon!

Au total 5h37 d’un mélange de toutes les émotions mais celle qui domine reste le bonheur!

A tel point que même en voyant que ma voiture avait été vandalisée, vitre brisée et fouillée avec vol de ma télécommande de GPS (A quoi ça va leur servir?), j’ai gardé le smile!

Classement:

Scratch : 793 / 3497 participants sur ce format

Catégorie femme: 93 / 789

Catégorie Senior féminine (oui, oui : de 22 à 38 ans!) : 61 / 412

Super fière de ma binôme qui termine sa course aussi fraîche qu’au départ en 5h18!

Place au repos et à la préparation des prochains défis! images (18)

IMG_20181202_101727.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s